Modes de vie
Les écrans tuent l’amour

Les écrans tuent l’amour

Détox numérique, comment faire ?

Publié le 03.12.2018 Propos recueillis par Anne-Charlotte Fraisse

Vous faites probablement partie des 81 % de Français qui utilisent leur portable pendant les repas. Mais avez-vous déjà pensé aux conséquences de cette intrusion permanente dans votre vie de couple ? Les notifications sont pensées pour engendrer une réaction immédiate, activant dans le cerveau le circuit de la récompense. Quelle place prend cette petite satisfaction instantanée au quotidien ? À quel point les écrans polluent-ils votre relation de couple ?

 

On peut parler d’addiction lorsque les trois critères suivants sont réunis : la perte de contrôle (la consultation du smartphone devient un besoin irrépressible et non plus un plaisir, au-delà de toute raison, avec des conséquences nocives et de la souffrance), la dépendance (elle produit de l’isolement, de l’intolérance à la frustration : on ne peut plus vivre sans son écran) et, enfin, le délaissement des activités sociales, sportives ou familiales (au profit de son smartphone).

Voici quelques exemples concrets qui peuvent vous aider à délimiter les contours de votre rapport aux écrans.

 

Les situations qui doivent vous alerter

* Vous avez préféré regarder vos messages, ou vos notifications, alors que vous étiez en pleine conversation, en face-à-face avec votre conjoint.

* Vous consultez votre smartphone au lit, le soir avant de dormir et le matin au réveil (avant d’embrasser votre conjoint.

* Le soir, le week-end ou au restaurant, vous passez de longues heures côte à côte avec votre conjoint, sans vous parler, chacun sur son écran.

* La qualité de vos relations se dégrade depuis que l’un ou l’autre pratique un réseau social (Instagram, Facebook, Snapchat).

* Vous êtes en désaccord avec ce que partage l’autre, par exemple des photos des enfants, de la vie de famille. Le caractère intime des contenus partagés fait débat au sein de votre couple.

* Vous préférez le visionnage boulimique (le binge-watching) des séries Netflix plutôt que de câliner votre conjoint.

* La facilité de la rencontre, via des sites dédiés, ne vous donne plus l’envie ou le besoin d’être en couple.

Le smartphone capte un temps et une énergie considérables au point qu’en augmentant sa consommation d’écran, on peut ressentir une moindre satisfaction dans sa vie de couple.

Les stratégies à mettre en place

* Accordez-vous des temps de déconnexion en enlevant les notifications, les vibreurs et sonneries, ou bien décidez de ne consulter votre écran qu’une ou deux fois par jour (pas du tout pendant le week-end). Vous serez étonné de tout ce que vous pouvez accomplir (vider le meuble à bazar de l’entrée, partager des activités en famille, cuisiner, lire, jardiner, se promener dans la forêt…), de la qualité de votre présence auprès de votre conjoint, sans être constamment sollicité et dérangé. Et, généralement, aucun des messages reçus pendant ce temps n’était urgent au point de répondre dans l’heure !

* Quittez les réseaux sociaux, définitivement ou sur de longues périodes. C’est la solution la plus radicale ! Une étude menée en 2015 au Danemark, à laquelle plus de 1 000 personnes ont participé durant une semaine (https://www.liebertpub.com/doi/10.1089/cyber.2016.0259), a démontré que celles qui avaient quitté le réseau social Facebook avaient une vie plus satisfaisante et que leurs émotions étaient plus positives que celles du groupe de contrôle, qui continuait ses pratiques habituelles.

* Si vous n’arrivez ni à quitter les réseaux, ni à vous déconnecter de temps en temps, téléchargez une application (Rescue Time, Freedom ou BreakFree) qui vous indiquera le temps passé sur votre écran, voire un minuteur qui vous alertera.

* Faites des expériences « sans » : oubliez chez vous votre portable le temps d’une course ou d’une promenade.

* Délimitez des « espaces sans écran » et interdisez-vous l’usage du téléphone dans votre chambre, en le mettant en mode avion s’il vous sert de réveil par exemple.

Les consommateurs moyens passent 50 minutes par jour sur Facebook. 38 % des Français consultent en moyenne 10 fois leur smartphone dans la journée et 28 % jusqu’à 25 fois.

Hommes et femmes face à l’addiction aux écrans

Alexis de Maud’huy, auteur de Se protéger des addictions aux écrans, c’est parti ! (Jouvence éditions, 2018), confirme que chacun a une façon spécifique de vivre son temps sur écran : « La vision traditionnelle présente les hommes comme plus technophiles. Or les femmes sont souvent plus dépendantes à leur smartphone, accrocs aux médias sociaux et aux achats en ligne. Les hommes sont statistiquement plus susceptibles d’avoir un comportement addictif aux jeux en ligne et à la cyberpornographie. »

 

À lire : 

Alexis de Maud’huy, auteur de Se protéger des addictions aux écrans, c’est parti !, Jouvence éditions, 2018

 

se protéger des addictions.indd

 

 

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide