Décryptage
Super-aliments ou super escroquerie ?

Super-aliments ou super escroquerie ?

Il n’existe aucun aliment miracle

Author picture Publié le 20.11.2018 Docteur Camille Isnard, médecin et phytothérapeute

Le docteur Camille Isnard nous livre son regard bienveillant et incisif sur nos pratiques de santé. Aujourd'hui focus sur les super-aliments.

Les allégations santé et autres miracles en tout genre pullulent presque autant que la vermine sur une charogne… Pardonnez cette sinistre entrée en matière, mais la dérive des profiteurs du mal-être a quelque chose de nauséabond.

Car, au-delà des allégations santé, on trouve aussi des « super-aliments » ! Ces pauvres plantes sont désormais acculées à notre culte messianique, on leur aura décidément tout fait subir.

Mais d’ailleurs, qu’est-ce qu’un super-aliment ?

Non, ce n’est pas un concombre en cape rouge. Mais on pourrait objectivement dire : un aliment à haute valeur nutritionnelle, faible valeur calorique, énergétiquement rentable, combinant un maximum de bons indices, etc. Bref, un aliment dont les avantages nutritionnels sont supérieurs aux inconvénients en consommation courante. Il s’agit souvent d’aliments végétaux et évidemment, d’un point de vue marketing, utilisés traditionnellement « depuis la nuit des temps » par des populations proches de la nature, blablabla…

Passons sur cette vision rousseauiste et, sans aller dépouiller nos frères éloignés, tentons plutôt de partir à la découverte de ce qui pourrait, sous nos pieds d’occidentaux pervertis, ressembler à cette définition.

Selon Hippocrate, le père de notre médecine, l’aliment doit être notre premier médicament. Mais ne travestissons pas sa pensée en considérant l’aliment comme ce que nous appelons aujourd’hui médicament. Ce dernier a une action pharmacologique par le biais d’un principe actif unique. Par exemple, le paracétamol est antalgique.

Il n’y a pas d’aliment de ce type.

L’aliment est multimoléculaire et en plus, je ne vous apprends rien, nous mangeons des repas cuisinés ! Il s’agit donc d’équilibre et de complexité : rien n’est bon, rien n’est mauvais, chaque aliment a sa place en proportion définie parmi les autres, pour couvrir de façon optimale les besoins humains. Néanmoins, à catégorie équivalente, certains aliments sont plus pertinents que d’autres. Nous partirons à leur découverte au gré des chemins, champs et forêts, en tentant de nous intéresser aussi à l’impact éthique et écologique de leur exploitation !

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide