Acteurs du changement
Régénérer sa flore intestinale

Régénérer sa flore intestinale

Le vrai réflexe santé

Publié le 12.11.2018 Anne-Charlotte FRAISSE

Changer son alimentation a un impact direct sur le poids, mais ce n’est pas la seule bonne raison – loin de là ! – pour suivre un programme qui chouchoute sa flore intestinale. Découvrez quels sont les impacts positifs d’une modification du microbiote sur votre santé.

Virginie Gergès est la fondatrice de Happybiote, un programme à suivre pendant six semaines pour rééquilibrer sa flore intestinale. Elle vous explique les bénéfices évidents à retirer d’un changement d’habitudes alimentaires.

Le petit monde du microbiote

Invisible et silencieuse, la population qui peuple vos intestins mérite pourtant toute votre attention. Votre ventre abrite des levures, des bactéries, des champignons et des virus, qui vivent en bonne intelligence (quand tout va bien !) et en grand nombre (ils pèseraient deux kilos).

De nombreux facteurs peuvent perturber l’équilibre de ce petit monde, et l’alimentation est bien entendu en première ligne. Trop de sucres et hop ! on favorise la production des candida albicans, qui sont, entre autres, responsables… des mycoses vaginales. Lorsque la flore est perturbée, on parle alors de dysbiose. Un microbiote en bonne santé agit sur l’immunité, la digestion et les problèmes digestifs, les troubles inflammatoires articulaires, ORL, et même sur l’humeur et le comportement.

Perdre du poids sans frustration

Si vous voulez perdre réellement et durablement du poids, oubliez tout ce que vous savez sur les régimes ! Happybiote propose un vrai programme, très pédagogique et sans frustration, pour mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires. L’idée est de pouvoir être autonome et d’acquérir les bons réflexes, car vous n’avez pas toujours le temps de cuisiner des plats élaborés et des recettes compliquées. « Les menus Happybiote sont pensés pour toute la famille, pas besoin de cuisiner à part et de se frustrer », précise Virginie.

Réguler les intolérances alimentaires

Agressés par des molécules qu’ils ne peuvent pas ou plus gérer, les intestins deviennent poreux. Or la barrière intestinale joue un rôle protecteur : elle veille à ne pas laisser passer n’importe quoi dans le sang. Cette absence de régulation conduit à un terrain en inflammation chronique et une moins bonne tolérance à certains aliments, plus difficiles à digérer que d’autres (notamment ceux contenant du gluten, la protéine de blé ou du lactose, dans les produits laitiers).

Retrouver sa bonne humeur

L’étude « The microbiome-gut-brain-axis: from bowel to behavior », publiée par J. F. Cryan et S. M. O’Mahony en 2011, souligne l’importance du lien entre le cerveau et les intestins : la dépression, la mélancolie, l’anxiété ont tous quelque chose à voir avec les différentes populations intestinales et leur équilibre.

Comment changer son microbiote

Virginie a fondé Happybiote suite à son changement d’alimentation alors qu’elle souffrait d’une pathologie digestive inflammatoire. Au bout d’une semaine, elle a constaté une surprenante amélioration de son état et elle a décidé de partager sa méthode, qui bouscule les croyances sur nombre d’aliments. On peut bien manger sans se sentir au régime !

« Suivre le programme Happybiote permet de prendre un virage dans sa vie, de redonner du sens à son alimentation, sans excès, car tout le monde n’est pas intolérant au gluten. »

Ce n’est pas en enlevant un aliment qu’on supprime tous les maux : Virginie insiste sur l’importance de rééduquer les bactéries qui digèrent ces aliments, de favoriser la diversité microbienne et leur équilibre.

Une méthode innovante et encadrée

Le programme dure six semaines, le temps nécessaire pour que les principales clés d’une bonne alimentation s’inscrivent durablement dans les habitudes quotidiennes. Les préparations de chaque plat sont expliquées à l’aide de fiches pratiques.

La vraie différence, c’est le suivi quotidien, le partage avec l’équipe de Happybiote et la communauté. Virginie a même pensé à ceux qui pourraient se sentir perdus face à des ingrédients nouveaux et a créé un kit de départ pour gagner du temps : graines de chia, lentilles corail, purées d’amande, oléagineux, pois chiches, farine de châtaigne, légumes lacto-fermentés. En changeant le contenu de ses placards, en prenant le temps de trouver ses recettes et son équilibre personnel, sans être trop exigeant avec soi-même, on retrouve petit à petit le chemin du véritable équilibre intérieur.

 

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide