Décryptage
Comment flinguer son foie sans boire d’alcool ?

Comment flinguer son foie sans boire d’alcool ?

Attention à la maladie du « foie gras »

Publié le 11.06.2018 Anne-Charlotte Fraisse

Vous avez toujours rêvé d’avoir le teint cireux et la nausée, de vivre enfin une cirrhose et une greffe du foie. Seulement, entre vos rêves et vous, se dresse un problème de taille : vous n’aimez pas l’alcool. Vous êtes comme mon ami Kevin qui carbure au soda à longueur de journée. La solution est pourtant là, sous vos yeux : NASH (stéato-hépatite non alcoolique), la maladie de la malbouffe vous tend les bras !


C’est le fléau du siècle selon le docteur Dominique Lannes, gastro-entérologue bien renseigné et assez alarmiste sur le sujet. Il constate que de plus en plus de gens ont besoin d’une greffe pour survivre : c’est la première cause de transplantation aux USA. Comme on est sympa, on vous donne le mode d’emploi pour avoir un foie pourri en moins de temps qu’il ne faut pour dire cirrhose !

Un foie pourri, mode d’emploi

Pour un foie bien gavé de gras comme celui des oies qui termine sur nos toasts en décembre, il faut tout simplement manger trop de sucres et trop de graisses.

En revanche, il faut être constant : vous n’arriverez pas à avoir cette maladie en une saison d’excès, encore moins si vous avez fait la fête ce week-end.

Il faudra être patient, posé le plus souvent possible sur une chaise ou un canapé, avec des aliments industriels toujours à portée de main : centrez-vous sur des aliments pauvres en nutriments, comme les vitamines ou les minéraux. Fuyez les fruits et légumes par exemple, privilégiez les sodas (15 morceaux de sucre dans un verre, ça fait rêver !) et tout ce qui contient du sucre en excès : gâteaux, barres chocolatées, bonbons. Si malgré tout, vous aimez l’idée de consommer des fruits, faites au moins l’effort de prendre des jus et des compotes : même sans sucre ajouté, ils vous apporteront assez de sucre pour ruiner votre foie, lentement mais sûrement.

Abusez des hot-dogs, des hamburgers, des cheeseburgers, du bacon, des chips, des gâteaux apéritifs. Mangez des cordons-bleus, des lasagnes et des pizzas, des frites au ketchup (3 morceaux de sucre dans un petit bol) ou à la mayonnaise bien entendu.

Un problème de sédentarité…

« La première cause de maladie du foie dans le monde est devenue le surpoids » affirme le docteur Lannes. En France, où 18 % de la population souffrent d’obésité, c’est un problème qui est en train de dépasser celui de l’alcool.

À l’échelle mondiale, 40 % des adultes sont en surpoids, dont 10 % sont obèses, soit un milliard et demi de personnes.

Le problème de la sédentarité est résumé ainsi par l’OMS : « Un adulte qui fait moins de deux heures et demi de sport (marche rapide, natation, toute activité aérobie, c’est-à-dire stimulant le souffle) par semaine est considéré comme sédentaire. »

Comment marche le foie ?

Le foie pèse environ deux kilos, ce qui en fait l’organe le plus lourd de notre corps. Véritable centrale interne, il gère la digestion, mais pas uniquement. Il draine 1,4 litre de sang à la minute et, comme une station d’épuration, il nettoie le corps des substances toxiques. Il se charge également de stocker et redistribuer les nutriments (sucres, acides gras, protéines et vitamines) en fonction des besoins du corps, de fabriquer des hormones.

Le foie est l’organe du corps qui régule la glycémie, par sa capacité à stocker et à redistribuer le sucre. C’est donc par cette fonction de régulateur énergétique que l’on en arrive à souffrir de stéato-hépatite non alcoolique : le foie, débordé par l’apport de sucres, devient fibreux et ne peut plus fonctionner normalement.

 

Pour en savoir plus sur NASH, le livre du docteur Dominique Lannes détaille cette pathologie et comment l’éviter : NASH, La maladie de la malbouffe aux éditions Flammarion.

 

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide