Décryptage
L’ostéopathie : la médecine bien dans sa peau !

L’ostéopathie : la médecine bien dans sa peau !

Connaître ce qui fait la force de cette médecine douce

Publié le 23.04.2018 La rédaction

 

Depuis 2002, date à laquelle en France les praticiens ostéopathes ont été reconnus, les cabinets d’ostéopathie se sont multipliés sur tout le territoire. De plus en plus de Français s’orientent vers cette forme de médecine qui amène bien-être et soulage les douleurs les plus vives.

1 – Comment l’ostéopathie fonctionne-t-elle ?

Une pratique centenaire

Probablement inspiré de pratiques traditionnelles, Andrew Taylor Still, chirurgien américain de la fin du XIXe siècle, remet en question les fondements de la médecine de son époque et consacre une grande partie de sa vie à chercher une voie alternative. Après avoir exercé ses pratiques et méthodes de manière itinérante, il fonde en 1892 dans le Missouri la première école d’ostéopathie qui existe encore à l’heure actuelle.

Une médecine douce et manuelle

Grâce à des palpations, l’ostéopathe identifie des points de tension, de déséquilibre ou de blocage qui seraient la cause d’inconfort ou de maladies. Il est à l’écoute du fonctionnement global de l’individu, influencé par la stature, les émotions, le stress, les incidents de la vie, etc. Pour cela, il se doit de posséder une parfaite connaissance anatomique et une excellente sensibilité lui permettant, par le toucher, de reconnaître les signaux émis sous la peau.

Par des manipulations, le praticien cherche ensuite à rétablir un ordre harmonieux, en induisant un relâchement de la zone sensible, en libérant des tensions, en redonnant de la mobilité au niveau des membres ou des organes…

Les fondements

– La charpente musculosquelettique est en interaction permanente avec les différentes fonctions (respiratoire, digestive, neuronale…).

– Chaque partie du corps entre en résonance avec les autres parties. Ce qui explique que des manipulations peuvent sembler assez éloignées de la zone à traiter.

– La circulation sanguine est primordiale, car elle permet au corps de s’autoalimenter, s’autoréguler, s’autosoigner.

– Il existerait un mouvement respiratoire primaire, qui prendrait naissance dans le liquide céphalo-rachidien du crâne. Un défaut de transmission au reste du corps aurait des répercussions sur la santé physique et psychique. Des manipulations crâniennes permettraient d’agir sur ce mouvement.

Bien choisir son ostéopathe

Les soins d’ostéopathie exigent une précision extrême et une formation rigoureuse. Avant de choisir un ostéopathe, même s’il est souvent recommandé par des proches, vérifiez qu’il est bien inscrit au registre des ostéopathes de France. Il est souvent préférable de se tourner vers une personne expérimentée qui exerce exclusivement cette discipline.

 

2 – À qui s’adresse l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est surtout connue pour soulager les douleurs musculosquelettiques. En particulier le mal de dos, mais aussi les entorses, les tendinites… D’autres systèmes peuvent également bénéficier de l’ostéopathie : par exemple, le système cardiovasculaire (troubles circulatoires, palpitations…), le système digestif (troubles du transit, reflux…), le système ORL (sinusites, vertiges…), le système neurologique (déséquilibre émotionnel, anxiété…). Les limites de l’ostéopathie sont les maladies dégénératives, infectieuses ou génétiques, pour lesquelles elle pourra cependant venir en appui afin d’aider à mieux supporter les effets des traitements lourds.

Pour les bébés

La naissance est le premier traumatisme de la vie. La pression sur le crâne du bébé est intense et peut endommager les structures qui permettront un bon développement. Travail trop long, péridurale, grossesse gémellaire, emploi de forceps… autant de raisons d’offrir à bébé sa première consultation d’ostéopathie. Dès les premiers mois de vie, l’enfant pourra aussi être accompagné s’il présente des troubles moteurs, mais aussi de l’humeur, du sommeil, de la concentration, de la statique…

Pour les futures mamans

L’ostéopathie est une excellente alliée de la grossesse. Douleurs ligamentaires, troubles urinaires, perturbations du sommeil… elle permet à la future maman de mieux vivre les situations d’inconfort et de se préparer sereinement à l’accouchement.

Pour les séniors

Avec les années, le corps perd de sa mobilité. L’ostéopathie peut, en prévention, aider à entretenir la souplesse, l’équilibre postural et l’ampleur des mouvements. Cette prise en charge douce et globale convient parfaitement aux personnes âgées en quête de bien-être.

Pour les sportifs

Une pratique sportive régulière et intense expose aux risques de contractures, élongations, tendinites… L’ostéopathie accompagne les sportifs dans la gestion de ces petits traumatismes, atténue les douleurs et corrige les déséquilibres provoqués par les chocs ou les chutes. Mais elle permet aussi d’améliorer la capacité respiratoire et la faculté à se concentrer avant une épreuve ou une compétition.

 

3 – Comment se déroule une séance d’ostéopathie ?

Avant…

Pas besoin de passer par son médecin traitant pour prendre rendez-vous, vous pouvez le faire directement. Aujourd’hui, les mutuelles remboursent généralement une partie des frais, ou proposent un forfait annuel (par exemple, une séance remboursée par an).

Pendant…

La séance commence traditionnellement par un interrogatoire pour bien cibler votre demande, votre histoire. Où se situe la douleur ? Qu’est-ce qui l’aggrave ou la soulage ? Depuis combien de temps avez-vous mal ? Y a-t-il des antécédents dans votre famille ? Pensez à prendre les radios, IRM, examens de sang qui ont été faits, ou tout autre bilan qui pourrait aider le praticien.

L’ostéopathe vous examine ensuite, allongé, debout ou assis (habillé ou en sous-vêtements). Le traitement à proprement dit permet de corriger, réguler les points de tension et les déséquilibres identifiés. Les palpations manuelles effleurent la peau ou parfois sont très ciblées et profondes. Certains praticiens peuvent faire « craquer » pour remettre une vertèbre dans l’axe, par exemple. Pas de panique, toutes les formes de manipulations sont indolores. Les mains sont l’outil principal de l’ostéopathe, mais ce dernier peut aussi s’aider d’une autre partie de son corps, par exemple son coude ou son torse pour faire pression ou levier.

En fin de séance, l’ostéopathe peut vous donner des conseils (posture, alimentation, sommeil…) pour prolonger l’effet du traitement. Il peut également vous orienter vers un autre professionnel (réflexologue, naturopathe, psychologue…).

Après…

Dans les heures ou les jours suivants, il est possible de se sentir courbaturé ou fatigué. Les symptômes peuvent même sembler s’aggraver ou se déplacer. C’est le signe que les choses ont bien bougé et continuent de bouger ! Il faut souvent quelques jours à l’organisme pour s’imprégner des transformations réalisées et se sentir soulagé. Durant cette période, reposez-vous (pas de déménagement ou de marathon !), évitez de prendre des antalgiques pour ne pas altérer les effets du traitement, et faites preuve d’un peu de patience…

Généralement, une séance permet déjà de traiter la plupart des demandes. Dans certains cas, d’autres rendez-vous peuvent être recommandés. Une séance dure de 45 minutes à 1 heure. Le tarif se situe en général autour de 60 euros.

 

Pas de doute, en quelques années, l’ostéopathie a gagné notre confiance, à tel point que sa pratique est complètement rentrée dans nos mœurs. La raison d’être de cette médecine douce est d’autant plus importante, qu’elle répond avec brio aux problématiques de santé actuelles, comme celles liées à la sédentarité et aux postures devant les écrans.

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide