Modes de vie
Tisane du mois de janvier

Tisane du mois de janvier

Retrouver sa bonne humeur

Publié le 15.01.2018 Jacques Pothier, pharmacien et botaniste

Dépression saisonnière, baisse de moral, Jacques Pothier, pharmacien spécialiste de phytothérapie, conseille un mélange de plantes en infusion pour vous redonner le sourire.

Quelles plantes choisir ?

125 g de sommités fleuries d’aubépine
125 g de sommités fleuries de marjolaine
125 g de parties aériennes de passiflore

et

125 g de feuilles de mélisse
125 g de sommités fleuries d’aubépine
125 g de parties aériennes de fumeterre

 

Lorsque les premiers troubles dépressifs apparaissent, préparer ces deux infusions en alternance, en utilisant 3 cuillerées à soupe rases de ce mélange dans 1 litre d’eau froide. Porter ensuite à ébullition douce, à couvert, puis couper le feu et laisser reposer 10 min avant de filtrer. Boire de 4 à 6 tasses par jour.

L’aubépine

L’aubépine (Crataegus) est un genre d’arbre ou arbuste épineux de l’hémisphère nord appartenant à la famille des Rosacées. On la surnomme également « épine blanche ».

Aujourd’hui, en phytothérapie, les fleurs de l’aubépine sont appréciées pour leurs qualités de régulation du rythme cardiaque, d’amélioration de la circulation coronarienne et de la nutrition du muscle cardiaque. C’est un hypotenseur, un cardiotonique et un antispasmodique, qui calme les palpitations, diminue le stress et facilite le sommeil, grâce aux flavonoïdes stérols et triterpènes que contient la plante.

La fleur de l’aubépine entre dans la composition de plus de deux cents spécialités pharmaceutiques.

La marjolaine

La marjolaine (Origanum majonara de la famille des Lamiacées) est une plante annuelle, relativement proche du thym. Elle se caractérise par des petites fleurs blanches ou mauves et des feuilles ovales et duveteuses, de couleur vert gris, poussant par paire.
Stimulante et antispasmodique, elle a une forte activité sur le système nerveux : neurotonique et légèrement antidépresseur, anxiolytique et légèrement somnifère.

Comme de nombreuses plantes aromatiques, la marjolaine apporte à l’organisme une quantité non négligeable d’antioxydants, bénéfiques pour préserver le corps des méfaits de certains radicaux libres. Elle contient en effet des composés phénoliques (acides phénols), notamment de l’acide rosmarinique, des flavonoïdes, de l’apigénine, de la lutéoline.
La marjolaine contient également une huile essentielle composée, entre autres, de camphre, d’esters, de bornéol, de sabinène et de terpène. Elle participerait à combattre certaines bactéries, à apaiser le système nerveux, à dilater les artères, à augmenter leur tonus et à vaincre certaines formes de spasmes.

La fumeterre

La fumeterre (Fumaria officinalis de la famille des Fumariacées) ou « herbe à la jaunisse » est surtout utilisée pour son action régulatrice du foie, pour lutter contre l’insuffisance ou la congestion hépatique. C’est un excellent dépuratif de l’organisme.

Elle contient des alcaloïdes (protopine, fumaricine, fumaritine, etc.), des acides organiques, des acides phénols et des flavonoïdes. Régulateur de la sécrétion biliaire, la fumeterre a des propriétés neurotoniques, spasmolytiques et sédatives.

Très commune, la fumeterre, avec ses fleurs roses violacées en grappes, pousse souvent couchée entre les pierres, dans les vieux murs ou les terrains incultes. Il a été mis en évidence que la présence de la totalité des principes actifs des parties aériennes de la fumeterre était indispensable pour avoir une action efficace sur les troubles digestifs.

Mélisse

La mélisse (Melissa officinalis de la famille des Lamiacées) est aussi appelée mélisse citronnelle car ses feuilles, grossièrement crénelées et velues, possèdent des glandes contenant de l’huile essentielle à l’odeur de citron. La mélisse est une plante très mellifère. Elle est aussi utilisée comme herbe culinaire et comme ingrédient aromatique dans les liqueurs.

Elle a une action tonique sur le cerveau, le cœur, l’utérus et l’appareil digestif car elle augmenterait le flux biliaire.

Stimulant physique et intellectuel, la mélisse est utilisée pour apaiser la migraine (due à de mauvaises digestions), les névralgies (faciales, dentaires, de l’oreille, de la tête), l’émotivité, les crises nerveuses, les convulsions, l’épilepsie, les syncopes, les vertiges, les bourdonnements d’oreilles, les spasmes (asthme, digestif, cardiaque), la déficience intellectuelle (mémoire), la mélancolie et les indigestions.

Passiflore

Le nom de passiflore (aussi fleur de la passion, fruit de la passion, grenadille) vient de ce que la fleur est supposée rappeler la Passion du Christ.

La passiflore (Passiflora incarnata de la famille des Passifloracées) est connue pour ses propriétés sédatives et calmantes bien réelles et son innocuité pour la majorité des gens. Utile contre l’insomnie, les états nerveux (angoisse, hystérie, palpitations), la neurasthénie, l’excitation cérébrale, voire l’épilepsie, elle a également servi à soigner les troubles de la ménopause. Antispasmodique, elle soulage les névralgies et l’asthme spasmodique.

Recommandations :

Ces conseils ne dispensent pas d’un avis médical. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin. Gardez en tête que les plantes médicinales peuvent avoir des interactions avec d’autres médicaments.

Privilégiez les plantes de qualité biologique, locales et avec une bonne traçabilité.

 

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide