Modes de vie
L’ortie dépurative et régénérante

L’ortie dépurative et régénérante

La tisane du mois de mai

Publié le 22.05.2017 Anne-charlotte Fraisse

L’ortie − Urtica dioica − pousse partout dans les jardins et les talus. On la considère à tort comme une mauvaise herbe à éradiquer, alors que ses piquants cachent une plante médicinale généreuse aux propriétés thérapeutiques polyvalentes.

Comment faire une tisane d’ortie ?

En cure de 3 semaines, 3 tasses  par jour. Faites infuser, pendant 10 minutes, 10 g de feuilles d’ortie pour 500 ml d’eau non bouillante, buvez une tasse avant chaque repas. Si le goût peu prononcé ne vous enchante pas, accompagnez la tisane de quelques gouttes de jus de citron ou d’une feuille de menthe.

Contenant pas moins de 18 acides aminés essentiels (sur les 20 qui composent les protéines), dont les 8 acides aminés que le corps ne peut pas produire, l’ortie contient également du fer, du calcium, du magnésium, du zinc, du bore, du sélénium, des vitamines C, E, B, D et K, du manganèse, du sodium, du cuivre, du soufre, de l’iode et du chrome. Cette incroyable richesse en fait un complément alimentaire et un médicament naturel polyvalent qui a toute sa place dans la pharmacopée familiale. La teneur précise de chacun de ces éléments dépend bien entendu de la qualité du sol où pousse l’ortie, et il est toujours préférable de la récolter dans les jardins, loin de toute agriculture intensive et de produits chimiques.

Cette plante est idéale pour les personnes ayant tendance à faire des calculs urinaires ou des infections urinaires, car c’est un diurétique qui favorise l’élimination des acides (urée, acide urique). Elle se prend alors en cure préventive ou, dans le cas d’une infection, dès les premiers symptômes.

Elle est anti-inflammatoire et peut se prendre en cas de rhumatismes, mais elle est aussi très indiquée pour tous ceux qui consomment trop de calories, ou une alimentation industrielle, qui fument ou vivent dans la pollution. En effet, tous ces éléments créent une inflammation faible mais constante qui nécessite un apport d’antioxydants. En prévention, faire des cures d’ortie en tisane une fois par an est un bon réflexe.

Également reminéralisante, elle contient de la silice et aide le corps à récupérer les minéraux qui pourraient lui faire défaut, par exemple en cas d’acidose chronique. En naturopathie, on considère que l’acidose est causée par une alimentation déséquilibrée, toutes les pollutions mais aussi le stress et une mauvaise oxygénation. Il y a donc beaucoup de candidats à ce déséquilibre chronique, que l’ortie peut venir équilibrer en complément d’autres mesures de santé (alimentation, respirations, sports, relaxations, etc.).

En cas de fatigue ou de convalescence, la tisane d’ortie va fortifier les organismes manquant d’énergie. Comme elle stimule l’immunité et améliore la résistance physique, certains considèrent même l’ortie comme une plante adaptogène (qui permet au corps de lutter contre les effets néfastes du stress). C’est une bonne nouvelle car certaines plantes adaptogènes sont victimes de leur célébrité. Le rhodiola par exemple, plante adaptogène qui pousse dans les milieux alpins, pourrait disparaître à cause du ramassage intensif qu’elle subit. Pas de risque de ce genre avec l’ortie qui pousse partout !

La tradition des herboristes prête également à l’ortie des qualités cosmétiques : boire des tisanes d’ortie régénère la peau et les cheveux grâce aux minéraux qu’elle apporte et le sélénium (puissant antioxydant) qu’elle contient.

 

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide