Modes de vie
La cure pour bien commencer 2017

La cure pour bien commencer 2017

Mise au point par le docteur Charrié, 15 jours pour retrouver la forme !

Publié le 27.12.2016 Anne-Charlotte Fraisse

Pour passer un hiver serein, l’alimentation peut se révéler un allié de taille. Le docteur Jean-Christophe Charrié pratique une médecine de ville essentiellement à base de plantes. Il propose une cure faite de pommes qui permet de mettre au repos son organisme après les repas copieux et les excès qui accompagnent les fêtes de fin d’année. Pour en tirer tous les bienfaits, elle est recommandée une fois par an maximum.

Comment procéder ?

Il faut disposer de 15 jours devant soi pour réaliser cette cure, car elle comporte des paliers successifs à respecter.

Le premier jour, on consommera uniquement des céréales : du riz (deux tiers de riz complet, un tiers de riz blanc, à cuire dans 2 à 3 fois leur volume d’eau), du quinoa, du sarrazin, de l’avoine, etc. Assaisonnées d’huile d’olive biologique première pression à froid, il est possible d’ajouter du thym, du laurier ou du safran à l’eau de cuisson pour parfumer, mais pas de sel.

Le deuxième jour : seulement des légumes, de préférence crus, en salade, assaisonnés d’huile d’olive biologique première pression à froid et d’herbes aromatiques : ciboulette, basilic, estragon, etc. Mais toujours sans sel.

Le troisième jour : des fruits, n’importe lesquels.

C’est seulement entre le quatrième et le huitième jour que l’on ne mangera que des pommes, à raison d’au moins un quartier toutes les heures, afin de ne pas s’affamer. Le but d’une cure est de mettre le corps au repos, mais il n’est pas du tout recommandé d’avoir faim. Il faut donc manger des pommes jusqu’à satiété, sous toutes leurs formes : cuites, crues, râpées, en compote sans sucre ajouté, au four, etc. Il est également possible d’y ajouter des épices pour varier les saveurs, comme la cannelle ou la cardamome.

Le neuvième jour, on consommera uniquement des fruits. Le lendemain, des légumes et le onzième jour, des céréales.
Le jour 12, des fruits et des légumes. Le jour 13, des fruits et des céréales. Le jour 14, des légumes et des céréales. Le jour 15, des fruits, des légumes et des céréales et on reprendra une alimentation normale le seizième jour.

Le docteur Charrié recommande également de boire de l’eau ou du jus de pomme sans additifs.

La qualité des aliments est importante pendant cette cure, aussi, veillez à choisir des ingrédients de qualité biologique, pour éviter tout apport de pesticides indésirables qui viendraient inutilement surcharger le travail du foie. Après la cure, le docteur conseille de continuer à manger des pommes comme en-cas au cours de l’année

Des bénéfices pour le cœur et les artères

La cure de pomme aide à réguler la glycémie (taux de sucre dans le sang) et le taux de cholestérol, mettant le foie et le pancréas au repos. La pomme est une source d’antioxydants, car elle contient des polyphénols et des flavonoïdes qui protègent les parois des vaisseaux sanguins. La pectine qu’elle contient emprisonne les graisses pour les éliminer par les intestins, ce qui protège le système cardio-vasculaire des apports excessifs de graisse. C’est donc une cure particulièrement recommandée aux gens souhaitant normaliser leur taux de cholestérol, ayant des antécédents cardiaques ou cardio-vasculaires.

Une excellente source de vitamines et de fibres

Lorsqu’elle est consommée crue, la pomme apporte de la vitamine C qui est protectrice du corps en cas de stress et de températures froides : elle réduit les risques d’attraper un rhume .

Elle est également pourvoyeuse de vitamines des groupes B et E et de provitamine A ainsi que de fibres hydrosolubles comme la pectine, qui a pour effet de libérer lentement dans le corps le sucre du fruit. C’est donc un aliment adapté aux sportifs qui ont besoin de carburant sur la durée.

Les fibres restantes, non hydrosolubles, sont de très bonnes régulatrices du transit, et vont donc lutter contre la constipation et permettre aux intestins de fonctionner harmonieusement.

Les contre-indications

Comme toutes les cures alimentaires restrictives, elle n’est pas recommandée aux personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, comme l’anorexie ou la boulimie.

Les enfants et les adolescents, dont la croissance exige des repas variés, ne doivent pas non plus faire cette cure. Enfin, les femmes enceintes et les personnes âgées ou dénutries ne doivent pas la suivre non plus.

Pour en savoir plus : En bonne santé toute l’année, 20 cures alimentaires naturelles et efficaces, par le docteur Jean-Michel Charrié et Marie-Laure de Clermont-Tonnerre, Éditions Prat.

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide