Décryptage
Les médecines naturelles au secours des malades de Lyme

Les médecines naturelles au secours des malades de Lyme

Tous les soins complémentaires des spécialistes

Publié le 19.09.2016 Anne-Charlotte Fraisse

On peut souffrir toute sa vie d’une maladie causée par les tiques infectées affirment les spécialistes de la maladie de Lyme. Pour soigner leurs patients, des médecins ont mis en place de nombreux traitements naturels. Enquête.

 

Si chaque morsure de tique n’entraîne pas obligatoirement une infection, il existe des cas où la maladie prend une forme chronique. Difficile à diagnostiquer tant les symptômes qui l’accompagnent peuvent être variés. Non reconnue pour le moment par les autorités de santé française, les médecins spécialistes de Lyme en sont pourtant convaincus : on peut souffrir toute sa vie d’une maladie causée par les tiques. Il n’existe pour le moment pas de protocole médical validé permettant d’éradiquer la maladie. En association de diverses antibiothérapies, les soignants constatent au quotidien une amélioration des symptômes et un espacement des poussées de la maladie de Lyme (douleurs musculaires, confusion mentale, arythmie cardiaque, fatigue intense, etc.) lorsqu’ils introduisent des méthodes de soins complémentaires : plantes, oligo-éléments, compléments vitaminiques ou encore massages et acupuncture. On nomme cette cohabitation harmonieuse des techniques modernes de la médecine (antibiotiques) et de techniques naturelles et ancestrales : « médecine intégrative. » Si leurs résultats cliniques sont probants, en l’absence d’études sur ces sujets, aucun soignant ne souhaite être mis en avant dans cet article.

La majorité de ces techniques de médecine intégrative a pour but de stimuler le système immunitaire, car les bactéries et virus des maladies vectorielles à tiques (une maladie vectorielle à tiques est une maladie transmise par le biais de la morsure de tique infectée) profitent de la faiblesse du système immunitaire de leur hôte pour se développer. Les conseils qui suivent sont des exemples de nombreux traitements naturels suivis par les personnes souffrant de la maladie de Lyme chronique, car il n’existe pas de recette standard, chaque patient ayant besoin d’une prise en charge individualisée par un médecin habitué à ce type de maladies vectorielles à tiques.

Prendre soin de son alimentation

La dysbiose intestinale est un déséquilibre de l’écosystème des intestins, composé de 2 kg de bactéries qui peuvent se trouver en sur- ou en sous-nombre en fonction de ce que l’on mange. On sait désormais qu’une alimentation inadaptée crée une flore pathogène qui impacte de façon négative le système immunitaire. Une des solutions avancées est la suppression du gluten (produits et sous-produits du blé, seigle, avoine, orge), du lactose (lait et produits laitiers : yaourts, fromages, fromages blancs, beurre, crème) et du sucre (bonbons, gâteaux, mais aussi tous les produits contenant des sucres cachés : sauces, pain, riz blanc).

Reste alors à pratiquer une alimentation de type paléobiotique, à base de légumes, protéines, graines oléagineuses et lentilles ou un régime cétogène, faisant la part belle aux bonnes graisses comme combustibles pour le cerveau et le corps en remplacement du sucre.

On peut espérer une diminution des symptômes chez environ 50 % des gens atteints de Lyme qui pratiquent ce régime alimentaire, tout en veillant bien à l’adapter avec souplesse afin de préserver les liens sociaux des repas partagés à l’extérieur, avec des amis ou en famille.

Les compléments alimentaires pour soutenir le système immunitaire et les fonctions cérébrales

Les médecins conseillent de prendre en premier lieu un complément en vitamine D, de 5000 à 10000 unités par jour en fonction des besoins, car la vitamine D est immuno-modulatrice : elle réduit les inflammations et augmente la réponse du système immunitaire.

En cas de fatigue persistante, la vitamine C sous forme d’ascorbate de calcium peut être prise à raison de 5 à 10 g par jour. Au-delà de cette dose, on peut observer des troubles digestifs et reinaux.

La vitamine B est très utile en cas d’atteinte neuro-cognitive : les différentes vitamines du groupe B sont connues pour agir en synergie sur la fatigue mentale, la fabrication de sérotonine, le fonctionnement du système nerveux et immunitaire. Un complexe de vitamines B peut se prendre dans un dosage de 25 à 50 mg par jour, sous la supervision d’un médecin.

Le mélange d’oligo-éléments cuivre, or et argent que l’on trouve en pharmacie est également utilisé dans les périodes de fatigue et de chute du système immunitaire pour renforcer les défenses du malade, à raison d’une ampoule par jour. On y ajoutera du zinc sous la même forme pour son effet anti-infectieux.

Certains médecins utilisent également l’extrait de pépins de pamplemousse (sauf si le patient présente une hypothyroïdie et est traité par Levothyrox) car les bioflavonoïdes contenus dans l’extrait sont antibiotiques, anti-inflammatoires, anti-viraux et anti-infectieux. Le dosage dépend de la méthode d’extraction du produit et de la quantité de bioflavonoïdes qu’il contient.

La place des huiles essentielles

Dans les cas chroniques de la maladie de Lyme, la solution des antibiotiques sur de longues périodes a des effets néfastes : destruction de la flore intestinale et baisse de l’immunité. C’est pour cette raison que les médecins s’intéressent aux huiles essentielles ayant des propriétés antibiotiques comme la cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum), la cannelle de Chine (Cinnamomum Cassia), la sarriette (Satureja montana), le niaouli (Melaleuca quinquenervia) ou l’origan (Origanum compactum). Comme leur goût est très fort, on privilégie la prise sous forme de capsules, par séquences de deux semaines avec des pauses de 15 à 20 jours à ajuster selon la tolérance de l’estomac.

Les patients très fatigués peuvent appliquer sur le bas du dos des huiles essentielles diluées à 20 % dans des huiles végétales neutres comme l’huile d’amande douce ou de colza : le tea-tree (Melaleuca alternifolia), le bois de hô (Cinnamomum camphora CT linalol) ou l’épinette noire (Picea mariana). Toutes ces huiles sont stimulantes et permettent de retrouver de l’énergie. 

Prendre soin de son foie avec les plantes

Le foie est un organe clé du corps, car il gère bien plus que la digestion : c’est notre station d’épuration. Il détruit et élimine les toxiques comme l’alcool ou les polluants, les résidus de médicaments après qu’ils ont effectué leur travail, se charge de détruire les globules blancs et rouges quand ils sont trop vieux, ainsi que certaines bactéries qui circulent dans le sang. C’est également un organe clé de la digestion : il métabolise les sucres, les graisses et les protéines, il stocke les réserves de sucre pour les redistribuer dans le corps en cas de besoin. Enfin, il stocke les vitamines solubles dans les graisses, les vitamines A, D, E et K. Dans le cas des maladies vectorielles à tiques, soutenir le travail du foie est indispensable.

Des gélules de plantes comme le chardon-marie (quantités à ajuster selon les dosages de chaque fabricant), le romarin, le desmodium, le pissenlit, l’artichaut ou le radis noir sont à prendre en cures régulières (minimum 2 fois par an durant 3 semaines à 1 mois, au printemps et à l’automne) pour détoxiquer le foie.

La chaleur semble améliorer l’état des malades

Les médecins spécialistes de Lyme supposent que le choc thermique produit par un bain chaud ou une douche chaude, un sauna à infrarouge (ou même 20 minutes dans une voiture au soleil si vous n’avez pas accès à un sauna) va permettre l’élimination des toxines par sudation et peut-être même de réduire le nombre de bactéries présentes dans le corps.

Les séjours au bord de la mer, pour une raison encore inconnue, diminuent également les symptômes : peut-être est-ce dû à l’iode, l’humidité ou les ions présents dans l’air ?

Massages et exercices physiques pour stabiliser les poussées de la maladie

Là encore, ce sont des déductions faites à partir des observations cliniques des malades : ceux qui trouvent en eux l’énergie pour une activité physique intense ont le système immunitaire renforcé et stimulé. Attention toutefois à ne pas pratiquer un sport immuno-dépresseur car demandant trop de ressources au corps (comme courir un marathon). Certains patients en rémission qui ont voulu repousser leurs limites ont fait, à la suite d’efforts physiques trop violents, des rechutes.

Les massages eux aussi stimulent les défenses immunitaires et permettent au corps, par un brassage des tissus, de mieux drainer les toxines. Les massages peuvent être par ailleurs l’occasion d’ajouter des huiles essentielles immuno-stimulantes ou relaxantes.

L'acupuncture et l'auriculothérapie

Ces deux méthodes ancestrales d’origine asiatique, basées sur la stimulation de points de passage de l’énergie dans le corps à l’aide de fines aiguilles piquées sur la partie superficielle de la peau, vont avoir un effet sur le corps et l’esprit dans son ensemble. Selon le bilan effectué par le praticien, une séance pourra avoir des effets stimulants du système immunitaire, relaxant du système nerveux et de baisse du stress. On peut également constater une amélioration de la qualité du sommeil ou encore une baisse des troubles musculaires et/ou cognitifs.

Pour les malades sur lesquels rien ne fonctionne

Certains médecins ont constaté que pour une petite partie de leurs patients atteints de la maladie de Lyme, ni les antibiothérapies, ni les méthodes naturelles ne donnaient les résultats escomptés, même après 2 à 3 ans de suivi. Ils ont alors mis en place un protocole de nettoyage des métaux lourds qui peuvent s’accumuler dans le corps (pollution environnementale, alimentaire, amalgames dentaires, etc.). Il n’est pas possible de donner ici les détails de ce protocole (utilisant des produits nécessitant un suivi) qui est propre à chaque médecin.

En cas de suspicion de contamination par une maladie vectorielle à tiques, vous pouvez remplir ce questionnaire en ligne, mis au point par le docteur Richard Horowitz. Il vous permettra de faire le point sur votre état.

Vous pouvez contacter les associations de malades : France Lyme et Lyme sans frontières

Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide