Décryptage
L’Arnica

L’Arnica

Cette plante que vous croyez connaître

Publié le 09.09.2016 Amanda Jullion, herboriste franco-canadienne

Grand classique de nos pharmacies pour soigner les coups et les hématomes en tous genre, la fleur d'arnica possède d’autres puissantes vertus à découvrir.

 

L’arnica ou le triomphe des forces du loup (légende allemande décrite par Goethe, l’arnica, wolferlei en allemand) est le végétal qui domine les autres du haut de sa montagne où les éléments des quatre saisons le rendent fort, invincible, résistant et le font devenir un puissant remède. De multiples surnoms le caractérisent : herbe aux chutes, arnique, quinquina des pauvres, herbe à éternuer, souci des montagnes, doronic des Vosges, tabac des Vosges… des Savoyards ou des Capucins.

Cette « grande marguerite » jaune, de la famille des Astéracées (anciennement baptisée Composées) est parfois confondue avec le souci (Calendula officinalis) mais leur parfum distinctif ainsi que leurs feuilles caractéristiques les rendent bien différentes du point de vue botanique mais surtout thérapeutique.

Alors que le calendula peut être ingéré à volonté, l’arnica (Arnica montana), elle, est trop dangereuse pour que l’on puisse l’absorber en usage interne. Elle se rattrape donc par une efficacité en usage externe qui la confère comme panacée pour toutes les contusions et ecchymoses. Les cataplasmes de fleurs fraîches ou en décoction sont idéaux pour soulager les ecchymoses ou les coups. Mais la plupart d’entre nous vivons trop loin des montagnes pour utiliser cette forme galénique ; de plus la cueillette est réglementée, c’est une plante protégée. On recommande donc plutôt le cataplasme de teinture mère [1] diluée ou bien les granules homéopathiques.

 

Dans son livre Mon Herbier de santé, Maurice Mességué raconte qu’il ramassait l’arnica dans les Pyrénées ; cela lui était utile après ses jeux d’enfant tumultueux… Les granules homéopathiques d’arnica (à base de teinture mère) sont aussi indispensables aux parents que les bons goûters après la récré ! Pratiques et économiques, ils se glissent dans les cartables. La célèbre Marie-Antoinette Mulot écrit dans son ouvrage Secret d’une herboriste « En homéopathie, l’arnica est préconisée en cas de traumatisme, de grande fatigue musculaire, de fièvre, d’affection cardiaque, de vertige, d’enrouement (préventif pour les chanteurs et les conférenciers). Je vous propose sa recette de teinture extraite de son livre.

Recette extraite du livre Secret d’une herboriste de Marie-Antoinette Mulot

Faites macérer 100 g de fleurs séchées d’arnica [à acheter chez un bon herboriste ou à commander chez un producteur certifié bio] dans un demi-litre d’alcool à 60°, cela pendant 10 jours. Mettez le tout dans un bocal que vous agitez chaque jour. Le 11e jour, passez et conservez la teinture dans un flacon bien bouché en verre teinté (à défaut, entouré d’un papier aluminium [ou bien simplement du papier journal]). Vous l’utiliserez en compresses, diluée dans un peu d’eau tiède.

Cette fleur solaire est souvent efficace pour les premiers secours mais aussi pour apaiser la violence physique et verbale. Elle est d’un réconfort absolu… comme un chaud liquide qui traverse la peau, les veines, les muscles et l’esprit, qui revient plus facilement à lui-même. Pas d’hésitation avant et après une opération, même la plus petite, quand le corps va être endormi et opéré pour réparer ou ôter un élément indésirable qui perturbe le bon équilibre de l’être en souffrance. Elle aide à chasser les idées noires comme un phare qui éclaire dans la tempête et rassure. Une belle alliée du système nerveux qui est souvent malmené lors d’accident et à l’annonce de mauvaises nouvelles. Les gouttes d’élixir floral [2] d’arnica sont efficaces pour évacuer les anciens traumatismes qui parfois alourdissent le temps présent. Philippe Deroide chercheur spécialisé en élixirs floraux, le recommande aussi pour les périodes de désintoxication, de deuil, de conflits familiaux ou bien de sevrage difficile.

Et pour conclure, comme le dit si bien Goethe dans L’Apprenti Sorcier (1797) à propos d’Arnica montana : « Voici la plante de la guérison rapide, de la décision énergétique. S’il t’a été fait violence de l’extérieur, l’arnica est prête à te secourir. »

Un peu de chimie… ça ne peut pas faire de mal !

Contusions, chutes, chocs, ecchymoses, hématomes, entorses, rhumatismes, courbatures et crampes musculaires sont apaisés grâce aux principes actifs contenus dans la plante. Les principaux sont les caroténoïdes (qui donnent la couleur orange à la fleur), les acides phénols, les flavonoïdes, les triterpénoïdes, les phytostérols et autres acides gras. Les lactones sesquiterpéniques, eux, provoquent parfois des dermatites de contact, il est donc bien important de suivre les posologies qui accompagnent l’utilisation des pommades, baumes, onguents, crèmes ou teinture mère à base d’arnica. A propos de son utilisation interne, il est fortement recommandé de l’éviter : elle provoque des sensations de brûlure dans la gorge, des irritations de l’estomac, des vomissements et des maux de tête entre autres. Des cas d’hypersalivation ainsi que des convulsions et des troubles cardiaques ont parfois été constatés. Prudence donc, les récoltants le savent et portent des gants pour les grandes cueillettes. L’ingestion de granules homéopathiques évite cela et elles restent la forme d’utilisation galénique la plus sûre. Et pour finir sur les conseils d’utilisation : ne jamais appliquer une teinture ou un onguent en externe sur une plaie ouverte. Toujours appliquer sur un traumatisme fermé.

[1] Une teinture mère est une solution hydro-alcoolique issue d’un mélange de plantes sèches et d’alcool. Cette macération de minimum 21 jours permet l’extraction des principes actifs de la plante.
[2] Les élixirs floraux sont de subtils extraits liquides préparés par infusion solaire de fleurs sauvages ou cultivés.
Recevoir notre newsletter
Veuillez cocher la case Veuillez cocher la case Veuillez accepter de recevoir des informations Le recaptcha n'est pas correct Ce champ ne peut pas être vide Adresse email invalide