Décryptage
LED, écrans et smartphones : attention les yeux !

LED, écrans et smartphones : attention les yeux !

Se protéger de la lumière bleue

Publié le 08.01.2018 Anne de Labouret, pharmacienne

Les LED sont partout. Eclairage moderne et performant, elles émettent pourtant des rayons de lumière bleue susceptibles d’endommager nos yeux. Explications pour y voir plus clair.

 

La LED (light-emitting diode) désigne une lampe qui utilise des diodes électroluminescentes. Ces composants électroniques émettent de la lumière lorsqu’ils sont parcourus par un courant électrique.

En 2008, l’Union européenne a décidé l’arrêt progressif des ampoules traditionnelles à incandescence, trop énergivores, et, en quelques années, elles ont été remplacées par des ampoules LED, plus économiques et plus durables. Plébiscitées pour leur durée de vie (jusqu’à trente ans à raison de trois heures de fonctionnement par jour[1]), les LED assurent un éclairage puissant et instantané. Peu gourmandes en énergie, elles ont aujourd’hui envahi nos foyers et notre environnement. Non contentes d’assurer les éclairages domestiques, publics ou professionnels, ceux des enseignes lumineuses et des guirlandes électriques, elles ont également intégré l’ensemble des appareils électroniques lumineux, en particulier tous les écrans : télévision, ordinateur, console de jeux, tablette, liseuse, smartphone… Le problème ? La lumière bleue qu’elles diffusent est suspectée d’être dangereuse pour nos yeux.

Qu’est-ce que la lumière bleue ?

La lumière, qu’elle provienne du soleil ou de sources artificielles, se compose de rayons électromagnétiques de différentes longueurs d’ondes. Certaines de ces ondes sont invisibles, comme les rayons IR, qui nous réchauffent, et les UV, à l’origine des coups de soleil et du vieillissement prématuré de la peau. D’autres rayons sont visibles par l’œil : ce sont les couleurs de l’arc-en-ciel. Parmi celles-ci se trouvent la lumière bleue et, plus précisément, les rayons bleu-violet hautement énergétiques : on parle de lumière à haute énergie visible (HEV). Ce sont ces rayons bleu-violet qui pourraient endommager nos yeux à long terme.

La lumière bleue naturelle, émise à de faibles niveaux constants par le soleil, joue un rôle important dans notre équilibre et notre bien-être. En régulant la production de mélatonine (l’hormone du sommeil), elle encadre nos rythmes circadiens de veille/sommeil et notre humeur. À côté de ces effets bénéfiques, les scientifiques ont établi que la lumière bleue diffusée par le soleil peut être dangereuse pour nos yeux à long terme. Quant aux LED, elles projettent une lumière bleue artificielle particulièrement forte… donc potentiellement plus nocive.

Un manque de recul

En 2010, le premier rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommandait la prudence vis-à-vis des LED[2]. Selon l’Anses, l’exposition intensive aux LED pourrait dérégler notre horloge interne et être à l’origine de troubles de l’humeur et du sommeil, d’une fatigue chronique, voire de dépression. L’œil est un organe sensible : une exposition prolongée aux écrans peut facilement provoquer une fatigue et des picotements oculaires… À long terme, la lumière bleue serait susceptible d’endommager les cellules de la rétine et du cristallin, augmentant notamment le risque de dégénérescence maculaire, liée à l’âge, et de cataracte[3].

Une étude publiée début 2017 par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a confirmé la toxicité des LED pour la rétine[4]. Les conclusions de ces travaux, réalisés dans des conditions d’exposition intensive sur des rats, ne sont pas directement transposables à l’œil humain, mais la question reste d’actualité : dans quelle mesure l’exposition durable aux LED et aux écrans est-elle nocive pour nos yeux ?

La crainte d’un vieillissement prématuré

Aujourd’hui, les Français passent près de huit heures par jour devant leurs écrans, y compris le soir[5]. Quant aux enfants et aux adolescents, ils ont adopté ces nouvelles technologies dès leur plus jeune âge. Nous voilà donc tous intensément exposés à la lumière bleue, ce qui n’est pas sans conséquences pour nos yeux. La lumière bleue serait particulièrement dangereuse pour les enfants, dont le cristallin, transparent, ne joue pas encore pleinement son rôle de filtre. Or les jeunes générations sont exposées aux LED pendant plusieurs heures par jour… et sans doute pour de nombreuses années. Nous sommes en droit de craindre un vieillissement prématuré de leurs yeux.

Quelle ampoule utiliser ?

Sur le marché, à côté des LED, on trouve également des lampes halogènes au rayonnement ultraviolet qui peut se révéler néfaste pour la peau et les yeux en éclairage direct. En outre, elles atteignent des températures très élevées et le risque de brûlures ou d’incendie n’est pas négligeable. L’Union européenne prévoit de les interdire prochainement.

Quant aux lampes fluocompactes, leur rayonnement électromagnétique pourrait affecter certaines personnes sensibles. Elles renferment du mercure, un métal nocif à la fois pour la santé et pour l’environnement, qui nécessite une filière de recyclage particulière. Veillez à ne pas les casser (si cela se produit, aérez suffisamment la pièce et ne ramassez pas les morceaux avec les mains, ni avec un aspirateur pour ne pas le contaminer). Elles mettent aussi un peu de temps à chauffer, ce qui limite le confort de l’éclairage. Actuellement, il n’existe pas d’ampoule idéale.

Pollution visuelle

Les économies d’énergie promises par les LED ont été réinvesties massivement dans de nombreux éclairages extérieurs qui, additionnés les uns aux autres, génèrent une importante pollution visuelle nocturne. Finies les jolies vues de la Voie lactée : en Europe, 60 % de la population ne l’observent plus à l’œil nu[6].

Si la lumière artificielle perturbe notre horloge interne, nous ne sommes pas les seuls concernés. L’ensemble des règnes animaux et végétaux sont touchés : les oiseaux migrateurs perdent leur chemin millénaire et certaines plantes voient leur dormance hivernale perturbée par la lumière artificielle.

Conseils à suivre

D’autres recherches sont nécessaires afin de préciser les effets réels des LED sur l’environnement et sur l’œil humain dans les conditions actuelles d’utilisation. Nous avons pris la bonne habitude de protéger notre peau et nos yeux avec des crèmes et des lunettes solaires : dans l’attente de travaux plus précis et plus complets, restons prudents vis-à-vis de la lumière bleue. Voici quelques conseils :

  • À la maison, si vous choisissez des ampoules LED, préférez les teintes chaudes (jaunes) plutôt que froides (blanches).
  • Utilisez le mode « nuit » de votre liseuse ou de votre smartphone ou, s’il n’en dispose pas, installez une application anti-lumière bleue pour réduire le rayonnement (filtre de Twilight, Darker, iBlue…).
  • Il existe sur le marché des verres optiques capables de filtrer la lumière bleue : renseignez-vous auprès de votre opticien.
  • Essayez de vous déconnecter des écrans le soir, notamment des smartphones et des tablettes, que vous regardez de près. Non seulement votre rythme sommeil/éveil sera moins perturbé mais, en plus, vous soulagerez et épargnerez vos yeux.
  • Enfin (et dans l’idéal), limitez les temps d’exposition aux écrans. Une raison de plus de se déconnecter… et un beau challenge !

 

 

[1] http://www.natura-sciences.com/energie/choisir-ampoules-led-lfc-halogenes939.html

[2] https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2008sa0408.pdf

[3] https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2008sa0408.pdf

[4] https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/led-pas-si-inoffensives-ca

[5] https://www.emarketer.com/Article/Media-Time-Will-Tilt-Digital-France-2017/1014720

[6] http://advances.sciencemag.org/content/2/6/e1600377.full

Recevoir notre newsletter
Le recaptcha n'est pas correctCe champ ne peut pas être videAdresse email invalide