Modes de vie
3 questions à Clementine, du blog 3 heures 48 minutes

3 questions à Clementine, du blog 3 heures 48 minutes

Ses astuces de yogi

Publié le 27.02.2017 Propos recueillis par Anne-Charlotte Fraisse

Le yoga est entré dans sa vie il y a maintenant 3 ans, lors d’un voyage au Mexique. Un heureux hasard l’a amenée à pousser la porte d’une salle de yoga, qui proposait des cours dans la lignée de l’école Sivananda. Coup de foudre immédiat !

À quel moment avez-vous décidé d’en faire un métier et de le partager sur les réseaux sociaux ?

Clémentine : « J’ai créé le blog quelques mois après avoir commencé à étudier le yoga de façon intensive, en Inde, puis en Thaïlande. J’avais besoin d’un support pour déverser, analyser et digérer les informations engrangées sur le chemin du yoga. Sur les conseils de mon amoureux (sans doute motivé par le fait de partager ce que lui-même avait tant de plaisir à écouter à longueur de journée), j’ai écrit un premier article, puis 3, 4, 8… Ainsi est né 3 heures 48 minutes.

Enthousiasmée par le plaisir que j’éprouvais à partager et communiquer sur ce mode de vie qu’est le yoga, suivre une formation de professeur a été la suite logique des événements.

Je suis toute jeune professeure de yoga, j’ai reçu mon diplôme il y a à peine 6 mois. L’enseignement (réel ou virtuel, via mon blog) occupe la majeure partie de mon temps, mais ne me permet pas encore d’en vivre totalement. Je complète alors avec d’autres activités, au gré des voyages et au fil des opportunités. À l’étranger, j’aime beaucoup les expériences de volontariat, qui me permettent d’être nourrie ou logée en échange de quelques heures de mon temps. »

Quelle est la posture que vous aimez bien et qui est accessible à des débutants ?

« La posture de la Pince debout occupe une place particulière dans mon cœur. C’est la première posture que j’ai apprise en commençant ma formation intensive et, depuis, c’est avec elle que je débute chaque séance ou chaque journée.

Au saut du lit, Uttanasana permet de s’étirer en douceur, en laissant la force de gravité faire (presque) tout le boulot. Sur un tapis, elle permet de concentrer son esprit et s’ancrer dans la pratique avant de poursuivre avec d’autres postures.

Qu’importent le niveau de souplesse et l’amplitude de la flexion avant, on peut maintenir cette posture plusieurs minutes sans trop d’effort. Si vous débutez, vous pouvez la pratiquer en posant les mains sur une pile de livres. Vous verrez, elle diminuera de jour en jour ! »

Le yoga est aussi une philosophie de vie. Avez-vous changé votre façon de vous alimenter, de vous soigner ?

« Le yoga m’a amenée à ouvrir la porte de l’ayurvéda, la plus ancienne médecine holistique connue. Dans la cuisine, mon armoire à épices s’est étoffée : l’ayurvéda m’a en effet enseigné l’utilisation des épices et l’association de différentes saveurs, avec un effet bénéfique sur ma digestion. Dans la salle de bain, ma routine de soin comporte désormais les kriyas, ces pratiques yogiques de nettoyage du corps. Nos ablutions occidentales, en quelque sorte… Ma garde-robe a aussi connu de grands changements. Mon credo en la matière : Si je ne peux pas faire une posture de yoga dans cette tenue, c’est que ce n’est pas la bonne.

J’essaie également de faire attention à ma façon de consommer (moins, mieux), de faire le lien entre la fille qui remplit son panier de courses et celle assise en lotus, qui récite des mantras de paix à la fin du cours de yoga. Un apprentissage de tous les instants ! Le yoga m’a ainsi confortée dans le choix du végétalisme, que je considère comme le choix alimentaire le plus raisonné.

En franchissant le seuil de mon premier cours de yoga, j’ai ouvert la porte à tout un mode de vie…
Cette pratique m’apporte de la souplesse, que ce soit au niveau physique ou mental. Physiquement, la pratique du yoga me permet de me sentir plus à l’aise dans mon corps, avec une plus grande liberté de mouvement au quotidien. Mentalement, j’apprends le lâcher-prise et le détachement : Un esprit souple dans un corps souple ! »

Recevoir notre newsletter
Le recaptcha n'est pas correctCe champ ne peut pas être videAdresse email invalide