Acteurs du changement
Après avoir lu cet article, vous n’aurez plus jamais mal à la tête

Après avoir lu cet article, vous n’aurez plus jamais mal à la tête

La réflexologie plantaire, une méthode douce de santé

Publié le 14.10.2016 Anne de Labouret

Se faire masser les pieds pour aller bien, ou mieux, c’est le principe de la réflexologie plantaire. Pour comprendre cette technique de soin encore peu connue en France, rencontre avec Yveline Chabot-Canville, praticienne depuis plus de 20 ans.

 

Voilà plus de 5 000 ans que les hommes connaissent l’existence de zones réflexes et les manipulent à des fins thérapeutiques. L’une des traces les plus anciennes a été retrouvée sur une fresque égyptienne de l’époque pharaonique sur laquelle on voit des hommes masser des pieds et des mains. « Ne me fais pas mal » dit l’un d’entre eux à celui qui le masse. « Je ferai en sorte que tu me remercies » lui répond le praticien.

 

Sur un autre continent, la médecine traditionnelle chinoise témoigne elle aussi d’une pratique ancestrale de la réflexologie plantaire. C’est d’ailleurs la médecine chinoise qui a donné ses lettres de noblesse à cette technique et l’a faite découvrir en Occident au début du XXe siècle. Des médecins européens se sont alors intéressés au fait qu’une stimulation d’une partie du corps pouvait agir sur une zone éloignée. Plusieurs parties du corps peuvent être mises à contribution. La réflexologie plantaire s’intéresse, elle, au massage et à la manipulation des pieds dans le but de détendre et de soulager.

 

 

Selon les principes de la réflexologie plantaire, le pied est une représentation du corps humain en miniature : sur la plante de nos pieds se dessine une véritable carte du corps humain, sur laquelle se distinguent des « zones réflexes » qui correspondent aux différents organes, glandes ou parties de l’organisme.

 

Chaque partie du pied correspond spécifiquement à des organes particuliers : les poumons se projettent par exemple au niveau des coussinets des deux pieds, les sinus dans les orteils et les organes génitaux au niveau du talon. En revanche, la zone réflexe du foie se trouve exclusivement sur le pied droit, et celle du cœur sur le pied gauche.

La manipulation de ces zones réflexes révèle l’état de nos fonctions physiologiques (respiratoire, digestive, articulaire, nerveuse, etc.). Elle permet, d’une part, d’identifier les organes qui dysfonctionnent et, d’autre part, de les traiter. En stimulant ces zones réflexes avec des techniques précises, le réflexologue est capable de localiser et de soulager les tensions, de faire circuler l’énergie et de rétablir l’équilibre du corps.

 

Si la réflexologie plantaire est une tradition chinoise, elle est aussi largement utilisée comme technique de soin dans les pays d’Europe du Nord, en Grande-Bretagne, au Canada ou en Suisse. Au Danemark, elle est la thérapie complémentaire la plus répandue : un habitant sur quatre l’a déjà testée et les séances sont remboursées par de nombreuses mutuelles. C’est loin d’être le cas dans notre pays, où la réflexologie plantaire est « tolérée » sans être reconnue par les autorités sanitaires. Véritable outil anti-stress, elle rencontre pourtant un public grandissant. Certaines mutuelles françaises commencent même à proposer le remboursement partiel des séances.

 

Rencontre: Yveline Chabot-Canville pratique la réflexologie plantaire depuis 1999.

Yveline Chabot-Canville a été formée par l’Heilpraktiker Mireille Meunier, titulaire d’un diplôme « en médecine naturelle » délivré par le ministère de la Santé allemand. En France, le naturopathe sera son équivalent mais il n’a pas de reconnaissance officielle. Mireille Meunier est également auteur de plusieurs ouvrages. Yveline Chabot-Canville nous explique les bases de son art.

Yveline Chabot-Canville : Pour comprendre la réflexologie plantaire, il faut revenir sur les bases de la médecine traditionnelle chinoise dont elle est issue et qui guident le déroulement de nos séances.

La réflexologie plantaire s’appuie sur le principe des cinq éléments, qui sont liés aux cinq saisons orientales. En Occident, l’année calendaire se divise en quatre saisons. Les Chinois, eux, en comptent cinq, car une intersaison chinoise s’intercale entre l’été et l’automne : celle que nous appelons l’été indien.

En médecine chinoise, chaque saison est associée à un élément et à deux organes, l’un de ces deux organes étant lui-même révélateur d’un sentiment.

L’hiver, par exemple, est lié à l’élément eau, qui correspond au rein et à la vessie. Cela signifie que ces deux organes sont particulièrement sollicités à ce moment de l’année. Ce sont donc deux organes auxquels le réflexologue va porter une attention primordiale en hiver.

Et pour les autres saisons ?

Y. C.-C. : Le printemps représente l’élément bois, il correspond au foie, organe de la colère et de la contrariété, et à la vésicule. L’été est lié à l’élément feu, au cœur (donc à la joie) et à l’intestin grêle. L’automne correspond à l’élément métal, au colon et au poumon, qui représente la tristesse. Enfin, la cinquième saison chinoise correspond à l’élément terre, à l’estomac et à la rate, qui évoque les soucis.

Ces connaissances guident le réflexologue dans le déroulement des séances. En fonction de la saison, le réflexologue insiste sur les zones réflexes des organes particulièrement sollicités par la période de l’année dans laquelle on se trouve. En automne, par exemple, j’insiste particulièrement sur les zones réflexes du colon et du poumon.

Comment se déroulent les séances ?

Lorsque je reçois une personne pour la première fois, je commence par lui expliquer le principe de la réflexologie plantaire, les cinq éléments et les cinq saisons. Puis je m’intéresse au motif de sa consultation. Veut-elle se détendre de manière générale ou se plaint-elle d’un trouble particulier ? Mal de dos ? Torticolis ? Se sent-elle fatiguée ? Dort-elle correctement ? Souffre-t-elle de douleurs particulières, récentes ou chroniques ? De troubles digestifs ? Depuis combien de temps ?

Commence alors la séance de réflexologie proprement dite. La personne est confortablement allongée sous une couverture pendant que je lui masse les pieds l’un après l’autre. Chaque réflexologue a ses préférences en matière d’huile de massage. J’utilise pour ma part une base d’huile de pépins de raisin ou de sésame, à laquelle j’ajoute un mélange d’huiles essentielles bio qui favorisent la relaxation : lavande fine (Lavandula angustifolia), ylang-ylang (Cananga odorata) ou de géranium bourbon (Pelargonium graveloens cv Bourbon).

La séance, qui dure une heure, se décompose en deux parties. Les vingt premières minutes consistent en un échauffement préparatoire, pendant lequel je masse les deux pieds avec des mouvements d’enveloppement, d’effleurements et des mouvements dynamiques pour mettre la personne en situation de détente et de bien-être général. Pendant cette première phase, je suis attentive aux tensions que je perçois au niveau des zones réflexes et qui coïncident le plus souvent avec les éventuels troubles évoqués au moment de l’entretien préliminaire.

Puis, au cours de la deuxième partie de la séance, je revisite tous les organes, les uns après les autres, en insistant particulièrement sur ceux qui sont tendus et ceux qui sont mis à l’épreuve par la saison.

Il s’agit donc de stimuler les organes « souffrants » ?

Y. C.-C. : Ce n’est pas si simple. La réflexologie plantaire est une méthode énergétique, qui s’appuie également sur les manifestations du yin et du yang dans les organes. Ces deux énergies opposées, complémentaires et interdépendantes se réunissent pour former le Qi (prononcez tchi), qui constitue l’énergie vitale. La médecine chinoise considère l’être humain comme un système global. Ainsi, nous sommes en bonne santé lorsque le yin et le yang s’équilibrent et que le Qi a un bon niveau. Nos maladies naissent d’un déséquilibre énergétique.

La réflexologie plantaire permet de réguler les flux d’énergie. Le réflexologue manipule avec des techniques particulières les zones réflexes afin de restaurer l’équilibre énergétique entre le yin et le yang. Dans le cas où l’énergie vitale (le Qi) fait défaut, il intervient en stimulant les organes pour relancer la circulation d’énergie.

Quels sont les effets ?

Y. C.-C. : L’effet relaxant est le premier bénéfice que l’on perçoit mais il est loin d’être le seul ! De nombreuses personnes abordent la réflexologie plantaire par son effet anti-stress et constatent par elles-mêmes qu’une séance les détend davantage qu’un massage. Il n’est pas rare que certaines personnes s’endorment pendant les séances. La manipulation des pieds permet d’accéder à un vrai lâcher-prise… et l’effet bien-être se prolonge bien au-delà de la séance.

On estime qu’il faut 48 heures en moyenne pour ressentir les bienfaits d’une séance. Certaines personnes les ressentent immédiatement, tandis que d’autres attendront plusieurs jours.

Les séances de réflexologie agissent dans la durée : les bénéfices sont sensibles pendant plus ou moins un mois en termes de détente, de sommeil, d’anti-stress, d’amélioration des troubles, etc.

Quelle fréquence conseillez-vous pour les séances ?

Y. C.-C. : Tout dépend de la raison pour laquelle vous envisagez de consulter un réflexologue. Si vous n’avez aucun problème particulier, une séance par mois est idéale pour rééquilibrer les énergies. La société actuelle génère tant de stress ! Vous pouvez aussi vous offrir une séance de réflexologie plantaire à chaque changement de saison : une excellente idée pour rester en forme toute l’année dans la plus pure tradition chinoise, dont la médecine vise à prévenir plutôt qu’à guérir.

Si, en revanche, vous souffrez de troubles ponctuels ou récurrents, le rythme des séances doit être plus soutenu pour obtenir de meilleurs résultats. Les indications sont nombreuses : mal de dos, problèmes digestifs, douleurs récurrentes (qu’elles soient d’origine osseuse ou musculaire), etc. En stimulant les différents organes et en leur donnant les bonnes impulsions, le réflexologue déclenche l’autoguérison : il donne au corps la possibilité de se guérir lui-même.

Cette technique de soin manuel ne peut se substituer à un traitement médical mais elle a toute sa place en complément des traitements allopathiques classiques. Les séances sont bénéfiques en cas de dépression pour redonner de l’énergie et limiter l’usage des antidépresseurs. Elles permettent également de faire baisser le stress avant une intervention chirurgicale. Chez les malades atteints de cancer, elles soulagent les effets secondaires de la chimiothérapie et rééquilibrent les énergies.

Y a-t-il des contre-indications ?

Y. C.-C. : On ne pratique pas de réflexologie plantaire pendant les trois premiers mois de la grossesse. Les séances deviennent possibles à partir du 4e mois… sans utiliser d’huiles essentielles, formellement interdites pendant toute la durée de la grossesse. La réflexologie plantaire est également contre-indiquée en cas de troubles cardiaques récents, de problèmes circulatoires (phlébite ou thrombose) ou de traumatismes au niveau des pieds (inflammation, infection, verrues, etc.).

Par ailleurs, certaines personnes ne supportent pas qu’on leur touche les pieds. Leur réaction première est la réticence au prétexte qu’ils sont chatouilleux. C’est un faux problème. Les manipulations ne sont pas destinées à faire rire. Il suffit de tester pour s’en convaincre.

Peut-on faire de la réflexologie plantaire à tout âge ?

Y. C.-C. : Oui, mais il est nécessaire d’adapter la durée des séances. Chez les enfants, je limite les séances à 10 ou 15 minutes au-delà desquelles ils tiennent difficilement en place. Quelques minutes de réflexologie plantaire sont également bénéfiques aux nourrissons, par exemple pour détendre le plexus solaire chez les bébés qui souffrent de régurgitation. Pour aider un bébé à s’endormir, j’apprends aux parents à lui effleurer les pieds, puis à faire tourner doucement chaque orteil dans un sens puis dans l’autre.

La réflexologie se révèle très utile pour aborder les périodes de stress intenses, notamment chez les jeunes au moment du passage d’examens, du permis de conduire ou encore avant un entretien professionnel important, etc. Autant d’événements qu’il est important d’aborder suffisamment reposé et détendu afin d’être au maximum de ses performances.

Chez les personnes âgées, mieux vaut également réduire la durée des séances à 30, voire 40 minutes, afin de leur éviter un surcroît de fatigue.

Pouvez-vous nous conseiller quelques gestes à pratiquer soi-même ?

Y. C.-C. : Bien sûr. Voici quelques massages simples que vous pouvez réaliser sur vous-même le soir, devant la télévision, ou même à votre chaise de bureau devant l’ordinateur pour une détente rapide en cas de coup de stress. Tout d’abord, asseyez-vous confortablement sur une chaise ou sur le canapé, pieds nus. Ramenez votre pied gauche vers vous et posez-le sur votre cuisse droite.

– Pour détendre le plexus solaire : posez votre pouce droit sur le petit creux qui se trouve sous les coussinets dans le prolongement de l’orteil du milieu et tournez en appuyant légèrement dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

– Pour vous détendre la nuque et chasser les soucis : saisissez les orteils du pied gauche l’un après l’autre entre le pouce et l’index de la main droite et faites-les tourner doucement avec des gestes de petite amplitude, d’abord dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans l’autre sens. Puis tirez chaque orteil un par un, avec le pouce et l’index, en partant de la base de l’orteil et en remontant.

– Pour reposer le bassin et les membres inférieurs, massez le talon.

Ces petits massages se pratiquent aisément sans crème. Ils doivent toujours être effectués sur un pied, puis sur l’autre. Pour en tirer tous les bénéfices, notamment le soir, évitez de retourner sur l’ordinateur ou sur votre téléphone après le massage.

Enfin, nos pieds nous portent et nous transportent toute la journée. Le soir, offrez-leur un bon bain de pieds de 5 à 10 minutes dans une eau tiède dans laquelle vous aurez jeté une poignée de gros sel marin. Á défaut, lavez vos pieds en les massant à l’eau tiède avant de vous coucher. Détente assurée !

Où trouver un praticien ?

Le site de la Fédération Française des Réflexologues (FFR) répertorie par département les praticiens qui ont suivi une formation reconnue par la fédération : http://reflexologues.fr

Á lire : Manuel approfondi de réflexologie plantaire, Mireille Meunier, Guy Trédaniel Éditeur, 2013.

Recevoir notre newsletter

Le recaptcha n'est pas correctCe champ ne peut pas être videAdresse email invalide